radiopradiovsharetoolundohidexoxpxvc1pc2pc3pc4pc5pc6pc7pc8pc9pc0pc1vc2vc3vc4vc5vc6vc7vc8vc9vc0varrowoarrowvbackbackarrowboxpboxvcalculccheckoccheckpccheckvcerclepcerclevcheckocheckpcheckvcloseoclosepclosevquoteemailexpandviewinfolocationovalepovalev paral pinplusopluspplusvprintradioorightangleleftangledownloadspeceyeviewcreditpaymentfacebooktwitterinstagramyoutubecbackarrowoprintoshareowarningeditwrenchpinmaplocalizationchelpcalfullocvalideocclearocdeleteocaddocremoveocinfoodeletetwarningocalemptyocemailocfacebookoctwitterocfacebookpcinstagrampctwitterpcyoutubepgrid3x3twarningppdfthreesixtyarrow-blackarrow-whiteplay-btnfiltersearchextlinksquare
Retour à Blog

Émilie St-Laurent : à la quête de nouveaux défis



Notre série « Les femmes dans l’industrie des sports motorisés » met en vitrine la détermination, le leadership et l’engagement que ces femmes d’exception mettent en œuvre au sein de l’industrie. Aujourd’hui, dans notre Xe portrait, nous vous présentons Émilie St-Laurent, copropriétaire du concessionnaire BRP Sports DRC dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean au Québec (Canada).

Après avoir réussi ses études en commercialisation de la mode et en marketing à HEC Montréal, puis fondé et vendu une entreprise à succès d’accessoires pour enfant, Émilie s’est tournée vers un nouveau défi dans l’industrie des sports motorisés. En 2016, elle devient partenaire d’un concessionnaire BRP dans sa région natale.

Femme d’affaires accomplie et nouvelle adepte des sports motorisés, Émilie évolue tous les jours dans le milieu depuis maintenant trois ans. Elle nous en parle :
 

Pourquoi as-tu choisi l’industrie des sports motorisés?

Mon père est copropriétaire de Sports DRC depuis 1995. Lorsque le fondateur a décidé de prendre sa retraite en 2015, j’ai eu l’opportunité de prendre part à l’entreprise avec l’aide de partenaires. Les sports motorisés sont très populaires dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean et c’était pour moi l’occasion de mettre au défi mes connaissances en développement des affaires, en marketing numérique et en commercialisation dans un marché en pleine croissance.
 

C’est comment être une femme dans le monde des sports motorisés ? 

En toute franchise, mes connaissances en véhicules de loisirs étaient plutôt primaires, il me fallait donc mettre les bouchées doubles pour suivre la cadence et gagner le respect de mes clients et collègues. Je n’ai jamais eu peur du ridicule ni de poser des questions. Dès mon arrivée dans l’entreprise, je me suis tout de suite intéressée aux aventures motorisées de nos clients et je pense que c’est de cette façon que j’ai gagné leur respect. L’enthousiasme de notre équipe est contagieux et aujourd’hui je partage leur passion en pratiquant moi-même les sports motorisés.

En quoi les choses ont changé pour les femmes depuis ton entrée sur le marché du travail ?

Depuis que je suis sur le marché du travail, l’égalité a toujours été un sujet d’actualité. Je trouve que j’ai de la chance, car aujourd’hui les femmes qui ont du succès sont valorisées et respectées. Nous avons toutes les possibilités à notre portée. Aujourd’hui, c’est la compétence et le talent qui sont mis de l’avant. La complémentarité des équipes de travail a fait ses preuves et le marché du travail accueille à bras ouverts la diversité. 
 

Y a-t-il des choses que tu fais pour aider les femmes dans ton domaine à réussir?

Depuis deux ans nous avons mis en place le projet Camp de Filles. Nous regroupons 10 femmes en motoneige pour une randonnée avec notre ambassadrice hors-piste chez Sports DRC, Vanessa Belley.  Durant cette journée, les femmes sont invitées à sortir de leur zone de confort en expérimentant différents terrains hors sentier avec leur motoneige. Elles développent alors une confiance en elles et sont mieux outillées pour leurs prochaines randonnées. L’entraide est au rendez-vous et, à chaque édition, j’ai le cœur rempli de bonheur de voir autant de fierté, de satisfaction et de sourires sur le visage de nos participantes. Notre objectif ultime est de voir le nombre d’utilisatrices de motoneiges augmenter au Québec, et c’est bien parti!

Quels sont tes conseils pour les femmes dans le monde des affaires?

Restez soi-même et bien se connaître. Pour briller il faut savoir s’entourer d’étoiles. Je pense qu’en affaires l’entraide et l’authenticité doivent être au cœur de nos valeurs, et connaître nos forces et nos faiblesses est essentiel pour bien choisir les personnes qui vont faire partie de notre équipe. J’ajouterais que pour une seule réussite ça prend une tonne d’idées qu’il ne faut pas avoir peur d’exprimer et d’expérimenter!
 

Ta vision de l’avenir ?

L’avenir me paraît prometteur pour nos filles et nos garçons! Avec les diverses actions prises par la communauté des affaires et l’arrivée des nouvelles générations aux commandes, les mentalités évoluent, et c’est tant mieux! Je pense qu’une grande part du travail nous appartient à nous les femmes. Il faut prendre notre place en respectant nos valeurs et en étant fidèles à ce que nous sommes. Rien ne devrait freiner nos ambitions et nos objectifs à part les limites que nous nous imposons.
 

  « Pour briller il faut savoir s’entourer d’étoiles. »