radiopradiovsharetoolundohidexoxpxvc1pc2pc3pc4pc5pc6pc7pc8pc9pc0pc1vc2vc3vc4vc5vc6vc7vc8vc9vc0varrowoarrowvbackbackarrowboxpboxvcalculccheckoccheckpccheckvcerclepcerclevcheckocheckpcheckvcloseoclosepclosevquoteemailexpandviewinfolocationovalepovalev paral pinplusopluspplusvprintradioorightangleleftangledownloadspeceyeviewcreditpaymentfacebooktwitterinstagramyoutubecbackarrowoprintoshareowarningeditwrenchpinmaplocalizationchelpcalfullocvalideocclearocdeleteocaddocremoveocinfoodeletetwarningocalemptyocemailocfacebookoctwitterocfacebookpcinstagrampctwitterpcyoutubepgrid3x3twarningppdfthreesixtyarrow-blackarrow-whiteplay-btnfiltersearchextlinksquare
Retour à Les femmes dans l'industrie des sports motorisés

Vicki Gray : quand le pouvoir de l'indépendance rencontre le pouvoir de la communauté

 

Dire que Vicki Gray est une aventurière serait un euphémisme. Le sujet de notre dernier profil de la série Femmes dans l’industrie des sports motorisé a pris des risques, a visé les plus hauts sommets et est sortie des sentiers battus tout au long de sa vie d’adulte. À 19 ans, elle parcourait le Canada pour former des employés de mise en marché. À 23 ans, elle gagnait des prix pour les plus grandes augmentations de bénéfices dans les territoires de vente qu’elle gérait. Et puis, elle a tout vendu et a déménagé sur l'île caribéenne de Saint-Martin afin de rouler toute l'année et de continuer à enseigner aux autres, tout en approfondissant sa passion pour la moto.

Toujours à la recherche d’un prochain défi, Vicki a traversé l'Atlantique jusqu’aux Pays-Bas. Là-bas, en 1998, parallèlement à une carrière exigeante dans le développement des affaires et le marketing, elle a participé à des courses de moto et a fondé une communauté à but non-lucratif afin de former et soutenir les femmes amateures de moto. En tant que premier site en ligne au monde destiné aux motocyclistes féminines, l’initiative est finalement devenue MOTORESS en 2005 afin d’englober l’ensemble des disciplines de la conduite à moto pour les femmes. De retour à Toronto et se consacrant à temps plein à sa passion, elle a lancé la Journée internationale de la conduite au féminin® en 2007, appelant les femmes du monde entier à « Juste prendre la route! ».

Se décrivant comme une femme autodidacte, Vicki est parvenue seule à se rendre là où elle est aujourd’hui, prouvant ainsi la puissance de l'indépendance. Mais sa volonté de partager sa passion avec les autres l'a amenée à promouvoir activement la cause des femmes dans les sports motorisés et dans la société en général, en les rassemblant dans une puissante communauté de femmes motocyclistes.

Qu'est-ce que ça fait d'être une femme dans l'industrie des sports motorisés?

C’est une question difficile car il y a de nombreux élément toujours en mouvance. Je pense qu'être une femme, une experte, en particulier aux niveaux que j’ai atteints, peut être déroutant pour beaucoup d'hommes et de femmes que j'ai rencontrés. Les rôles que j’ai occupés dans l’industrie des sports motorisés ne sont pas typiques. Je suis impliquée dans ces sports et dans diverses cultures depuis plus de trois décennies et, pendant cette période, j'ai connu des succès incroyables, mais j'ai également surmonté d'énormes obstacles. J'ai continué, dans les deux cas, avec les yeux rivés vers l'avant, implacablement déterminée à réaliser les expériences que je m‘étais fixées comme objectifs.

Et avec le recul, tout le processus s'est déroulé en solo. J'ai commencé à faire des courses de ma propre initiative et j'ai été active partout en Europe, seule. Bien sûr, je connaissais tous les gars avec qui je compétitionnais et qui pouvaient me conseiller si nécessaire, mais j'ai tout fait par moi-même. Je me suis occupée de mon transport, de ma configuration, des changements de pneus, des contrôles techniques et bien sûr de la course! Cela m’a permis d’acquérir une richesse de connaissances irremplaçable - une expérience que je n'échangerais pour rien au monde.

 

Comment les choses ont-elles changé pour les femmes depuis vos débuts?

Les femmes en tant que « genre » ont fait de nombreux pas en avant, mais ces pas ne sont pas de grandes avancées. Elles se heurtent toujours à une certaine résistance. Il reste encore beaucoup à faire pour instaurer la parité pour les femmes, mais les choses évoluent. Pour une femme, opter pour une carrière, plutôt que de fonder une famille et d'avoir des enfants, est désormais la norme dans de nombreux pays. Les femmes font des études supérieures, deviennent plus indépendantes et toujours plus respectées. Cependant, dans de nombreux pays, ces progrès sont encore très loin d’être réalisés.

Internet a vraiment aidé les femmes à progresser, en leur donnant la possibilité d’être en contact. Il a aussi rapproché nos mondes et rendu nos voix visibles, unifiées, et nous disposons d’outils comme la Journée internationale de la conduite au féminin® pour collaborer et nous faire avancer plus rapidement.

Comment faites-vous la promotion des femmes, de votre côté?

Je consacre l’essentiel de mes efforts à l’amélioration des compétences, en formant les femmes pour qu’elles puissent atteindre la meilleure expérience de conduite à moto qui soit. J'ai également créé MOTORESS pour accompagner les femmes dans leur désir de faire de la moto en leur fournissant des informations compréhensibles et véridiques sur ce sport.  Pour de nombreuses femmes, les conseils d'autres motocyclistes peuvent être accablants et contradictoires, et la plupart étant basés sur une expérience personnelle. Ils ne sont pas nécessairement applicables ou factuels.

Et bien sûr, il y a la Journée internationale de la conduite au féminin® (JICF). Il a lieu le premier samedi de mai et célèbre les modes de vie culturels, sociaux et actifs des femmes qui conduisent et aiment la moto. C’est aussi un appel à l’action pour accélérer l’égalité des sexes, la sensibilisation et le respect des femmes dans le domaine de la moto ou du sport automobile. Chaque femme qui participe à la JICF est un modèle pour la passion diversifiée, unique et commune des femmes pour la moto, et j'adore le fait que Can-Am s'engage à encourager les femmes à prendre la route.

Alors que j’ai effectué la plupart de mes trajets au cours des 35 dernières années en solo, l’IFRD m’a donné l’occasion et le privilège de rouler avec des groupes de femmes du monde entier, et c’est incroyablement exaltant! En Inde, avec plus d'une centaine de femmes; dans le sud des États-Unis, où les femmes avaient organisé une escorte policière dans les rues principales; la fierté, la validation et l'importance que nous avons toutes ressentie étaient vraiment extraordinaires!

Avez-vous des conseils à donner aux femmes en affaires?

Mon conseil est de « rester forte, se faire confiance et croire en soi! » Souvent, dans la lutte pour le changement, vous serez seule. Mais si vous avez confiance en vous, croyez en votre cause, maintenez vos normes et respectez vos objectifs, vous atteindrez la ligne d'arrivée. Et ne soyez pas trop dure envers vous-même : vous ferez des erreurs et c’est là que se trouvent les vraies leçons. Tout cela fait partie de l’apprentissage, de la croissance et de la réussite.

« Restez fortes, faites-vous confiance et croyez en vous! »