radiopradiovsharetoolundohidexoxpxvc1pc2pc3pc4pc5pc6pc7pc8pc9pc0pc1vc2vc3vc4vc5vc6vc7vc8vc9vc0varrowoarrowvbackbackarrowboxpboxvcalculccheckoccheckpccheckvcerclepcerclevcheckocheckpcheckvcloseoclosepclosevquoteemailexpandviewinfolocationovalepovalev paral pinplusopluspplusvprintradioorightangleleftangledownloadspeceyeviewcreditpaymentfacebooktwitterinstagramyoutubecbackarrowoprintoshareowarningeditwrenchpinmaplocalizationchelpcalfullocvalideocclearocdeleteocaddocremoveocinfoodeletetwarningocalemptyocemailocfacebookoctwitterocfacebookpcinstagrampctwitterpcyoutubepgrid3x3twarningppdfthreesixtyarrow-blackarrow-whiteplay-btnfiltersearchextlinksquare
Retour à Blog

Stephanie Hunsaker : passionnée de sports motorisés à directrice générale


La famille de BRP ne comprend pas que ses employés, mais également ses concessionnaires et ses clients. Chez nos concessionnaires, nous voyons de plus en plus de femmes réussir en tant que femmes d’affaires et expertes en sports motorisés. Stephanie Hunsaker, directrice générale du concessionnaire ADS Motorsports au Utah, en fait partie.

Stéphanie est adepte des sports motorisés depuis son plus jeune âge. Elle a commencé à conduiredes motoneiges, des VTT et des motomarines avec son père alors qu’elle avait à peine 7 ans. Lorsque son père a fondé l’entreprise familiale, en 1999, Stephanie a rapidement mis la main à la pâte. Elle a fait à peu près tout ce qu’il est possible de faire dans l’entreprise : le nettoyage des équipements, l’assemblage des machines, la comptabilité, les ventes, et plus encore. Dès l’âge de 13 ans, Stephanie savait qu’elle voulait rester dans l’industrie. Maintenant directrice générale d’ADS Motorsports, Stephanie s’est efforcée de faire une différence pour les femmes dans les sports motorisés.

Comment c’est que d’être une femme dans l’industrie des sports motorisés?

Être une femme dans cette industrie est parfois difficile. Je ne peux même pas compter le nombre de fois qu’un client a insisté pour parler à un homme alors que j’étais l’employée au comptoir des pièces. Le scénario se produit également sur le plancher. Je suis maintenant directrice générale de la concession et certains clients veulent toujours parler au « gars des pièces » ou au « gars des ventes ». Le genre d’une personne n’est pas un indicateur de son expérience dans le milieu, mais on suppose souvent que je ne suis pas une pilote assurée ou que je n’y connais rien, parce que je suis une femme, et le plus souvent, la seule dans la pièce.

Comment les choses ont changé pour les femmes depuis ton entrée sur le marché du travail?

Selon moi, l’industrie des sports motorisés devient de plus en plus inclusive. Nous avons maintenant des riders féminins comme Ashley Chaffin, qui montrent aux femmes qu’elles peuvent entrer dans ce monde, et qu’elles peuvent même être de meilleurs pilotes que les hommes. J’ai l’impression que, il y a quelques années, j’étais une des rares femmes qui faisait du hors-piste, mais maintenant il y a de plus en plus de femmes qui développent un intérêt marqué pour les sports motorisés et qui s’efforcent de s’améliorer.

Que reste-t-il à faire?

Je crois qu’on avance dans la bonne direction. Nous devons simplement continuer à promouvoir la place importante de la femme dans l’industrie, et à fabriquer des équipements qui leur sont adaptés et qui permettent une meilleure performance. Aussi, il faut chercher à faire des accessoires qui sont plus faciles à utiliser et à porter par des personnes aux physiologies plus petites. En gros, il faut continuer à adapter le sport à tous.

Quels sont tes conseils pour les femmes dans le monde des affaires?

Continuez à aider les autres femmes à se sentir à l’aise dans le domaine des sports motorisés. Emmenez-les faire une sortie, travaillez avec elles. Parfois, nous gagnons en confiance simplement en regardant une autre femme faire. Au club de motoneigistes de Davis County, au Utah, les femmes voient que je suis capable de monter une colline, ou que je prends une certaine piste à travers les arbres qu’elles auraient évitée, et elles s’essaient. Elles se rendent compte que ce n’est pas aussi difficile qu’elles ne le croyaient. J’adore les voir gagner en confiance après que je leur ai montré ou appris quelque chose.

Y a-t-il des choses que tu fais pour aider les femmes à réussir dans ton domaine?

Certainement! Nous faisons au moins une sortie par an entre femmes, où j’essaie de travailler avec elles afin qu’elles gagnent en confiance dans la pratique du sport. Je tente également de trouver des femmes qui veulent une carrière dans l’industrie, et je les engage dans la concession. Nous avons présentement huit femmes travaillant chez ADS Motorsports, dont deux dans le département des pièces. C’est difficile de trouver des femmes qui veulent en apprendre plus sur les machines du point de vue technique. Je crois qu’elles ont l’impression qu’elles n’ont pas assez de connaissances pour s’aventurer dans le domaine des pièces. Nous essayons de leur montrer que si elles sont ouvertes à l’apprentissage, les femmes sont plus que capables d’être d’excellentes conseillères à la vente de machines ou de pièces.