radiopradiovsharetoolundohidexoxpxvc1pc2pc3pc4pc5pc6pc7pc8pc9pc0pc1vc2vc3vc4vc5vc6vc7vc8vc9vc0varrowoarrowvbackbackarrowboxpboxvcalculccheckoccheckpccheckvcerclepcerclevcheckocheckpcheckvcloseoclosepclosevquoteemailexpandviewinfolocationovalepovalev paral pinplusopluspplusvprintradioorightangleleftangledownloadspeceyeviewcreditpaymentfacebooktwitterinstagramyoutubecbackarrowoprintoshareowarningeditwrenchpinmaplocalizationchelpcalfullocvalideocclearocdeleteocaddocremoveocinfoodeletetwarningocalemptyocemailocfacebookoctwitterocfacebookpcinstagrampctwitterpcyoutubepgrid3x3twarningppdfthreesixtyarrow-blackarrow-whiteplay-btnfiltersearchextlinksquare
Retour à Blog

Corry Weller: Ouvrir la voie pour les femmes pilotes de course hors-route



Dans notre 9e portrait d’une femme exceptionnelle pour la série « Les femmes dans l’industrie des sports motorisés », nous sommes fiers de vous présenter Corry Weller, coureuse et ambassadrice pour la marque Can-Am hors-route. Cette série a pour but de souligner la détermination, le leadership et l’engagement de femmes qui ont un impact important dans le secteur des sports motorisés.

Comparativement à la majorité des coureurs, Corry n’a ni grandi dans une famille de pilotes, ni couru pendant son adolescence. En fait, Corry est arrivée tard à la course hors-route. À l’âge de 29 ans, lors de sa première sortie sur une piste de motocross, elle a su instinctivement qu’elle avait trouvé sa vocation, et son aventure était partie. En 2008, elle a commencé à courir avec des véhicules côte-à-côte (VCC) et, en 2011, elle a remporté son premier championnat professionnel côte-à-côte. Ce phénomène de la course VCC a, depuis, remporté 14 championnats dans cette catégorie.

En plus d’être une vedette de la course hors-route, Corry est cheffe d’entreprise. Quand elle ne court pas, elle travaille dans la boutique qu’elle possède avec son conjoint. Weller Racing construit et répare les moteurs de VCC, et offre une grande sélection de pièces.

Lorsque nous avons discuté avec Corry à propos de son expérience dans l’industrie des sports motorisés, nous avons pu mieux comprendre sa passion pour la course.
 

Pourquoi as-tu choisi Can-Am hors route, une marque de BRP?

Lorsque la série nationale dans laquelle je cours a annoncé une nouvelle classe « Production Turbo UTV », j'ai tout de suite su que je voulais courir avec un véhicule Can-Am. Le X3 est une machine supérieure à tous les niveaux. Ce que je ne savais pas à l’époque, c’est que le soutien que Can-Am accorde à ses coureurs est également excellent. Je suis ravie de faire partie de cette grande famille qu’est Can-Am!

Comment c’est être une femme dans le secteur des sports motorisés?

Comme il n’y a pas de « classe féminine » dans le domaine du motocross, j’ai toujours couru contre des hommes. Je me considère pilote de course, point final. Mon genre n’a rien à voir. Tôt dans ma carrière, j’ai fait exprès de ne pas promouvoir de stéréotype féminin. Je n’ai jamais porté de rose, par exemple. La plupart de mes concurrents me considèrent comme un coureur de plus sur la piste se disputant la première place. Selon mon expérience, cette industrie a été accueillante, et j’ai ma place. Et j’en ai vraiment profité!

Comment les choses ont-elles changé pour les femmes depuis ton arrivée dans cette industrie?

Présentement, nous voyons plus de femmes propriétaires de véhicules de sport, plus de pilotes et plus d'employées. Au fur et à mesure que les femmes ont manifesté leur intérêt pour cette industrie, les opportunités pour elles ont augmenté, surtout dans les sept dernières années. Les femmes ont beaucoup à offrir à l’industrie des sports motorisés – comme à d’autres – et offrir davantage de possibilités aux femmes a un impact positif sur l’industrie. J'ai d’ailleurs, probablement vu une plus grande expansion au cours des 7 dernières années.

Que reste-t-il à faire?

Les seuls facteurs qui distinguent les hommes des femmes dans cette industrie sont les connaissances directes et l’expérience pratique. Nous pouvons changer cette donne en nous immergeant dans l’industrie, en apprenant le côté mécanique ainsi que le côté commercial. N’importe quelle personne avec ces connaissances et cette expérience est respectée.

Quels conseils donnerais-tu aux femmes en affaires?

J’en apprends encore tous les jours, alors je n’ai pas toutes les réponses. Cependant, je dirais que connaître le produit a été la clé pour moi. Ma confiance dans mon entreprise vient du fait que je connais mon produit sous toutes ses coutures. Aussi je me vois de la même manière dans les affaires que sur la piste de course – une personne qui a quelque chose de précieux à offrir.
 

Fais-tu des choses pour promouvoir les femmes dans ton domaine?

C'est une question très importante. Je partage les succès d’autres femmes sur les médias sociaux et en personne. J’essaie aussi de montrer l’exemple à travers ma propre réussite, ce qui, j’espère, encouragera d’autres femmes à voir ce secteur comme amusant, stimulant et accueillant. Le monde de la course hors route est vraiment pour tous.
 

  «Les femmes ont beaucoup à offrir à l’industrie des sports motorisés – comme à d’autres – et offrir davantage de possibilités aux femmes à un impact positif sur l’industrie.»